CONTEXTE

Alors qu’ELAN RDC cherche à soutenir le développement de systèmes de marché favorables aux pauvres en travaillant avec des acteurs économiques, bon nombre de ses bénéficiaires ciblés se trouve dans des zones impactées par une ou plusieurs crises. Celles-ci sont généralement caractérisées par des marchés étroits, une activité limitée du secteur privé formel et une présence humanitaire importante.

La nature de ces marchés rend difficile l'identification de partenaires viables du secteur privé avec lesquels travailler, dans l'espoir de générer des changements dans le système de marché. Dans ce contexte, les acteurs humanitaires représentent un acteur économique alternatif et clé avec lequel travailler. Dans ce cas, le fait de ne pas prendre en compte et d’engager le secteur humanitaire reviendrait à rater l’essentiel du marché.

Alors que les zones directement affectées par des crises ont toujours été inclues parmi les provinces prioritaires d’ÉLAN RDC (tel qu’identifié par DFID), les activités y sont restées limitées pendant les premières phases du programme, durant lesquelles les modèles d’engagement du secteur privé étaient testés dans des marchés plus stables. L’'arrivée à grande échelle d'acteurs humanitaires à Kananga (Kasaï central), après le conflit de 2016, a néanmoins offert à ELAN RDC une opportunité d'étendre ses activités dans cette province; capitalisant sur les interventions humanitaires pour considérer comment davantage (un des modèles différents) d’engagement du secteur privé pourrait relancer le marché local.

La stratégie a ensuite été étendue au niveau national pour inclure le Tanganyika ainsi que le Nord et Sud Kivu.

NOTRE APPROCHE

La stratégie MIC d’ELAN a été conçue pour étendre les activités du secteur traditionnel d’ELAN aux marchés en crise (définis par le programme comme Kasai, Tanganyika, Kivu), en tirant parti de la forte présence humanitaire pour générer des changements du système de marché.

ELAN envisage le secteur de l’aide sous deux angles en RDC :

1. Les acteurs de l'aide, qu'ils soient humanitaires ou de développement, sont des acteurs économiques clés en RDC et des consommateurs attrayants pour le secteur privé

  • Les acteurs du secteur de l’aide peuvent être mobilisés par le secteur privé pour leur entrée sur le marché et la visibilité de leurs produits / marques

  • Ignorer la communauté humanitaire lors d'une intervention de développement de systèmes de marcher pourrait limiter les progrès réalisés par le programme

2. Après 25 ans d’assistance, dans un contexte complexe qui ne cesse de se dégrader, il y a un appétit pour explorer de nouveaux modèles de mise en œuvre, y compris ceux centrés sur le secteur privé.

À cette fin, ELAN a adopté la stratégie suivante :

Preuves de concept établies avec et pour les agences humanitaires via :

  • Une collaboration avec un partenaire du secteur privé pour démontrer les avantages humanitaires de solutions axées sur le marché

  • Un travail avec des partenaires du secteur privé pour élargir les services dans les zones d’actions des acteurs humanitaires et promouvoir l'innovation pour ce même secteur

  • Un accompagnement des acteurs humanitaires pour piloter des approches orientées vers le marché

Réplication facilitée entre les agences et au sein des industries régionales au travers de la stratégie suivante :

  • Présenter la faisabilité des preuves de concept et modèles testés : événements de réseautage du secteur privé et du secteur de l'aide au développement

  • Combler le manque d'information entre les communautés et les marchés par le biais de missions commerciales et d’études de marché

  • Inclure l'engagement du secteur privé dans les stratégies des plateformes de coordination de l'aide (groupe de travail national sur les transferts monétaires [CWG-n], groupe de travail sur l'accès sécurisé au combustible et à l'énergie [SAFE], etc.).

  • Fournir des outils et directives pour encourager la coopération privée / humanitaire

VOIR AUSSI

SERVICES DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES (BDS)

BUSINESS ENABLING ENVIRONMENT

WOMEN'S ECONOMIC EMPOWERMENT (WEE)